Envoi du mail en cours
 

Rester connecté

Neurologie /
× Imagerie

31 articles dans cet axe pathologique
3 caractères minimum
Articles scientifiques (22)
Cas cliniques (9)
Compte Rendu
Source : Dossier « Dossier ICAD 2011 »
Imagerie moléculaire de la maladie d’Alzheimer et intégrité du réseau « default mode »
Pr Pierre Payoux (CHU de Toulouse) le 2 Septembre 2011
Contexte : Plusieurs traceurs en Tomographie par Emission de Positons (TEP) ont été développés pour l’imagerie moléculaire in vivo dans la maladie d’Alzheimer (MA) en commençant par le 11C-PIB et le 18F FDDNP. Le C11 PIB mesure la charge amyloïde Aβ alors que le 18F FDDNP se fixe également sur les dégénérescences neurofibrillaires. D’un point de vue fonctionnel, la connectivité du réseau default mode (RDM) est altéré dans la...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : Dossier « Dossier ICAD 2011 »
Le projet IMAP, mesure des degrés relatifs d’atrophie de la substance grise, de l’hypométabolisme et des dépôts bêta amyloïdes dans la maladie d’Alzheimer par imagerie multimodale
Pr Pierre Payoux (CHU de Toulouse) le 2 Septembre 2011
Contexte : L’atrophie de la substance grise, l’hypométabolisme cortical et les dépôts β amyloïdes (Aβ) sont des marqueurs bien connus de la maladie d’Alzheimer (MA) qui impliquent des réseaux neuronaux se superposant partiellement ; cependant les liens existant entre ces différentes atteintes ne sont que peu expliqués. L’objectif des auteurs était d’évaluer les degrés relatifs d’atrophie, régionale, d’hypométabolisme et...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : Dossier « Dossier ICAD 2011 »
Impact de la charge amyloïde sur les fonctions neurologiques et cognitives dans une population d’âge varié
Pr Pierre Payoux (CHU de Toulouse) le 2 Septembre 2011
Contexte : Les dépôts bêta amyloïdes (Aβ) constituent un des éléments essentiels des lésions anatomopathologiques rencontrées dans la maladie d’Alzheimer (MA) et de nombreuses publications suggèrent qu’environ 25% des sujets âgés, sans troubles cognitifs retrouvés à l’examen neuropsychologique, présentent une charge amyloïde élevée. Les conséquences sur les fonctions cognitives de ces dépôts chez des...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : Dossier « Dossier ICAD 2011 »
Traceur des plaques amyloïdes fluorées en TEP
Pr Pierre Payoux (CHU de Toulouse) le 2 Septembre 2011
Contexte : Le dépôt de plaques amyloïdes (Aβ) est un évènement précoce dans la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer (MA) et joue un rôle central dans l’hypothèse physiopathologique de la cascade amyloïde. Le composé Pittsburgh marqué au C11 (11C-PIB) a été le premier ligand PET développé avec une très haute affinité et sensibilité pour les plaques amyloïdes chez des patients présentant une MA....
Lire la suite
Compte Rendu
Source : Dossier « Dossier ICAD 2011 »
Corrélations entre l’amylose cérébrale, la clinique et l’imagerie chez les sujets sains
Pr Pierre Payoux (CHU de Toulouse) le 2 Septembre 2011
Contexte : L’imagerie des plaques amyloïdes a révolutionné notre point de vue sur la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer nonobstant l’analyse du LCR et les prélèvements anatomopathologiques. La visualisation en Tomographie par Emission de Positons d’important dépôt de plaques bêta amyloïdes caractérise les sujets atteints de MA ou de MCI (troubles cognitifs légers) évoluant vers la MA. Ces résultats ne sont pas inattendus. Il est...
Lire la suite
Il y a 50 ans
1959, naissance de la stéréo-électroencéphalographie
Dr Laurent Vercueil (CHU Grenoble) le 27 Janvier 2009
Au cours de la période de l’immédiat après-guerre, l’école française de neurochirurgie est pionnière dans la mise au point de l’intervention stéréotaxique, qui permet, à crâne fermé, de guider des sondes, des électrodes, vers des cibles repérées en 3D. A une époque où l’imagerie cérébrale se limitait à la pneumoventriculographie par rayons X, donnant une perception « en creux » du cerveau du patient, les neurochirurgiens,...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Dossier « Sclérose En Plaques : Focus sur 2008 »
Effet du sexe sur les paramètres d’imagerie dans la SEP
Dr Blandine GRASSIOT (CHU caen) le 22 Janvier 2009
Au-delà des différences de prévalence de la SEP entre hommes et femmes (2/3 des patients sont des femmes), il existe des différences de sensibilité et d’évolution liées au genre, tant au niveau clinique qu’au niveau radiologique. Par exemple, la proportion d’hommes est plus importante dans la forme progressive primaire de la maladie. En revanche, les femmes seraient plus sujettes à développer des lésions hyperintenses en T2 que les hommes. Mais qu’en est-il des différences liées au sexe au...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Dossier « Sclérose En Plaques : Focus sur 2008 »
Apport de l’IRM 7 Tesla pour étudier l’accumulation en fer
Dr Blandine GRASSIOT (CHU caen) le 22 Janvier 2009
Grâce aux études histologiques post mortem, on sait qu’il existe une accumulation cérébrale de fer dans les maladies neurodégénératives, telles qu’Alzheimer ou Parkinson, ainsi que dans les maladies plus inflammatoires comme la sclérose en plaques. Pour cette dernière pathologie, les études précisent que l’accumulation de fer se retrouve essentiellement au niveau des ganglions de la base et des lésions de SB, sans pouvoir déterminer si celle-ci est précoce et liée...
Lire la suite
Article Commenté
Est-ce que le SDMT doit remplacer la PASAT dans le dépistage des troubles cognitifs des SEP rémittentes au diagnostic ?
Dr Valérie Jaillon-Rivière (CHU de Caen) le 23 Décembre 2008
L’ensemble des études récentes s’accordent à penser qu’en début de maladie, plus de 50% des patients atteints de SEP rémittente présentent des troubles cognitifs qui évoluent très lentement ensuite. Certaines sont en faveur du caractère plus sensible du SDMT par rapport à la PASAT au diagnostic. Les auteurs de cette étude ont souhaité évaluer si le SDMT, qu’ils considèrent comme étant plus facile et rapide à réaliser que la PASAT, peut avoir une...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Dossier « Sclérose En Plaques : Focus sur 2008 »
Que peut prédire l’EEG dans la SEP ?
Dr Valérie Jaillon-Rivière (CHU de Caen) le 23 Décembre 2008
Les auteurs de cette étude espagnole avaient comme objectif principal l’étude des patterns EEG quantitatif (qEEG) pendant l’exécution d’une tâche visuospatiale en fonction du profil évolutif de SEP dite « bénigne » (SEPbe) versus rémittente (SEPRR)) et d’essayer de mettre en évidence des corrélations entre les résultats de l’qEEG et le handicap neurologique ainsi que les performances à ce test neuropsychologique (paradigme de Posner). Ils ont étudié 29...
Lire la suite
Cas Clinique
Une tumeur ventriculaire simulatrice
Dr Arnault Tauziède-Espariat (AP-HP Lariboisière - Paris) le 22 Décembre 2014
Motif d’hospitalisation : Patient âgé de 46 ans, originaire du Cap-Vert, adressé en urgence pour des céphalées. Comorbidité : Hypertension artérielle traitée et contrôlée.
Lire la suite
Cas Clinique
Plein les méninges
Dr Sophie Langner-Lemercier (Rennes) le 3 Novembre 2014
Antécédents : Personnels : Arthrose, Ménopause récente, Pas d'allergie Familiaux : rien à signaler
Lire la suite
Cas Clinique
Une tumeur d’aspect chordoïde
Dr Arnault Tauziède-Espariat (AP-HP Lariboisière - Paris) le 26 Septembre 2014
Données cliniques : - Patient âgé de 63 ans hospitalisé pour une baisse d’acuité visuelle - Une IRM cérébrale est réaliséeExérèse chirurgicale.
Lire la suite
Fiche Pratique
Névrite optique résistant au traitement corticoïde ? Méfiance
Dr Françoise Héran (Fondation Rothschild - Paris) le 23 Décembre 2008
Madame E, 52 ans, est suivie pour névrite optique gauche depuis 1 an. Cette névrite semble sensible à la corticothérapie, mais récidive à son arrêt. L’acuité visuelle se dégrade. La patiente est mise sous Endoxan, puis vient consulter pour avis. L’IRM encéphalique est normale. Les clichés centrés sur les voies optiques antérieures mettent en évidence une atrophie du nerf optique intraorbitaire gauche associée à une dilatation de la gaine de ce nerf (flèche,...
Lire la suite
Fiche Pratique
Le corps calleux dans la sclérose en plaques
Dr Françoise Héran (Fondation Rothschild - Paris) le 26 Novembre 2008
L’atteinte du corps calleux est fréquente en imagerie dans la sclérose en plaques. Mais tous les corps calleux anormaux ne sont pas dus à cette maladie. Nous vous proposons plusieurs étiologies à ces images La sclérose en plaques peut entraîner fréquemment l’apparition de lésions radiaires calleuses ou péricalleuses, avec une évolution vers l’atrophie, bien vues en inversion récupération (IR) (figures 1 et 2).
Lire la suite
Fiche Pratique
OIN invalidante : où rechercher la petite lésion causale ?
Dr Françoise Héran (Fondation Rothschild - Paris) le 31 Octobre 2008
Cette jeune femme de 27 ans est infirmière et se plaint de la survenue assez rapide d’un trouble visuel à type de flou visuel. La gêne est difficile à préciser. Elle travaille en ophtalmologie et le médecin qui l’examine fait le diagnostic d’OIN droite. Il demande une IRM (avant de la regarder, rappelez-vous où chercher l’image pathologique…).
Lire la suite
Fiche Pratique
Inflammation et voyage : la cause est parfois difficile à retrouver
Dr Françoise Héran (Fondation Rothschild - Paris) le 29 Septembre 2008
Madame D, 32 ans, est hospitalisée pour bilan de troubles de la marche, associés à des douleurs dorsales et lobaires, apparues depuis 10 jours et s’aggravant progressivement. Elle se plaint depuis deux jours d’une diplopie horizontale et de vertiges. Elle n’a pas de fièvre et son examen général est normal. Elle est revenue d’un voyage d’affaire au Sénégal il y a un mois. L’examen neurologique retrouve un déficit moteur et un syndrome pyramidal des membres inférieurs, une
Lire la suite
Fiche Pratique
Source : Dossier « Sclérose En Plaques : Focus sur 2008 »
Quand tout est anormal…
Dr Françoise Héran (Fondation Rothschild - Paris) le 11 Septembre 2008
Cet homme de 53 ans se plaint de baisse visuelle bilatérale progressive. L’examen ophtalmologique met en évidence un discret flou papillaire temporal gauche. L’IRM encéphalique et orbitaire recherchant une anomalie des voies visuelles est réalisée. Elle met en évidence deux types d’anomalies. D’une part, il existe une atteinte bilatérale des nerfs optiques : atrophie droite, discret hypersignal T2 gauche (figure 1), prise de contraste globale après injection des deux nerfs optiques (figure 2),...
Lire la suite
Fiche Pratique
Les lésions d'allure tumorale
Dr Françoise Héran (Fondation Rothschild - Paris) le 25 Juin 2008
Cette jeune fille de 18 ans a présenté il y a une semaine un épisode fébrile. Elle a développé depuis le matin une hémiparésie droite, dans un contexte de céphalées. Elle a un scanner qui met en évidence une image évocatrice pour le radiologue d’abcès cérébral. Elle est dirigée aux urgences et une IRM est réalisée. Le processus expansif diagnostiqué en scanner est bien limité, situé dans la région frontale gauche. Il est d’allure...
Lire la suite