Envoi du mail en cours
 

Rester connecté

Archives - Céphalées online

Archives newsletter "Céphalées Online" La newsletter "Céphalées Online" vous propose dans chaque chaque numéro des articles scientifiques rédigés par notre équipe de spécialistes et de la rubrique " Vos patients ont lu ".

Vous pouvez accéder à l'axe pathologique "Migraines et céphalées".

2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005

Janvier

16
23
30

Février

6
13
20
27

Mars

6
13
20
27

Avril

3
10
17
24

Mai

1
9
16
23
30

Juin

6
13
20
27

Juillet

Août

Septembre

12
19
26

Octobre

3
10
17
24
31

Novembre

14
21

Décembre

Janvier

18
25
31

Février

8
15
21

Mars

1
8
15
22
29

Avril

5
12
19
26

Mai

3
17
24
31

Juin

7
14
21
28

Juillet

5
12

Août

Septembre

12
13
19
27

Octobre

4
10
18
25

Novembre

7
14
21
28

Décembre

5
12

Janvier

13
20
27

Février

3
10
17
24

Mars

2
9
16
23
30

Avril

6
13
20
27

Mai

4
11
18
24

Juin

1
8
15
22
29

Juillet

6
13

Août

Septembre

7
14
21
28

Octobre

5
12
19
26

Novembre

2
9
16
23
30

Décembre

7
14
21

Janvier

14
21
28

Février

4
11
18
25

Mars

4
11
18
25

Avril

1
8
15
22
29

Mai

6
13
20
27

Juin

3
10
17
24

Juillet

1
8
15
22

Août

Septembre

9
16
23
30

Octobre

7
14
21
28

Novembre

4
10
18
25

Décembre

2
9
16

Janvier

8
15
22
29

Février

5
12
19
26

Mars

5
12
19
26

Avril

2
9
16
23
30

Mai

7
14
21
28

Juin

4
11
18
25

Juillet

2
9
16

Août

Septembre

10
17
24

Octobre

1
8
15
22
29

Novembre

5
12
19
26

Décembre

3
10
17

Janvier

16
23
30

Février

6
13
20
27

Mars

6
13
20
27

Avril

3
10
17
24

Mai

4
11
15
22
29

Juin

5
12
19
26

Juillet

3
10

Août

Septembre

4
11
18
21
25

Octobre

2
5
9
16
23
30

Novembre

6
13
20
27

Décembre

4
11
18

Janvier

11
18
25

Février

1
8
15
22
29

Mars

7
14
21
28

Avril

4
11
18
25

Mai

4
9
16
23
30

Juin

6
13
20
27

Juillet

4
11
18

Août

Septembre

12
19
26

Octobre

3
10
17
24
31

Novembre

7
14
21
28

Décembre

5
12
19

Janvier

5
11
19
26

Février

2
8
16
23

Mars

2
9
16
23
30

Avril

6
13
20
27

Mai

2
3
4
7
11
18
25

Juin

1
8
15
22
29

Juillet

6
13

Août

Septembre

7
14
21
28

Octobre

5
12
19
26

Novembre

2
9
16
23
30

Décembre

7
14
21

Janvier

6
13
20
27

Février

3
10
17
24

Mars

3
10
17
24
31

Avril

5
6
7
14
21
28

Mai

5
12
19
26

Juin

2
9
16
23
30

Juillet

7
13
21
28

Août

Septembre

8
15
22
29

Octobre

6
13
20
27

Novembre

3
10
17
24

Décembre

1
8
15
22

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

  www.neuroscoop.net, le site de l’actualité scientifique en neurologie présente

 

Cher(e) ,

Nous avons le plaisir de vous présenter le numéro 379 de la newsletter hebdomadaire "Céphalées Online" de la Société Française d’Etudes des Migraines et Céphalées.
Vous trouverez ci-dessous trois articles commentés et la rubrique "Les migraines et céphalées dans la presse grand public", une revue des articles parus dans la presse grand public sur le thème « céphalées – migraines ».
Nous vous souhaitons une très bonne lecture.

Bien cordialement,

Michel Lantéri-Minet (Rédacteur en chef),
Thierry Klein (Directeur de la publication) Santor Edition, éditeur du site www.neuroscoop.net

 

Réseau cortical dysfonctionnel et algie vasculaire de la face
Par le Dr Michel Lanteri-Minet (CHU, Hôpital de Cimiez, Nice)
Article commenté :
Cortical plasticity in episodic and chronic cluster headache
Naegel S, Holle D, Desmarattes N et al.
Neuroimage Clin 2014 ; 18 : 415-23


Naegel et ses collaborateurs rapportent les résultats d’une étude, dont l’objectif a été d’évaluer la morphologie cérébrale par IRM morphométrique basée sur le voxel chez des patients souffrant d’algie vasculaire de la face.
Cette étude prospective a concerné 91 patients souffrant d’algie vasculaire de la face à différents stades évolutifs de la maladie, dont les données morphologiques ont été comparées à celles de 78... (...) Lire la suite de l'article

Migraine et maladie de Parkinson : association co-morbide ? L’étude de Reykjavik
Par le Dr Christian Lucas (Hôpital Roger-Salengro, Lille)
Article commenté :
Midlife migraine and late-life parkinsonism. AGES-Reykjavik Study.
A. Scher, G. Ross, S. Sigurdsson et al.
Neurology. 2014 ; 83(14): 1246-52


Dans cette étude ancillaire de l'AGES-Reykjavik Cohort, les auteurs islandais ont émis l'hypothèse qu'avoir une maladie migraineuse selon les critères de la 1ère classification IHS était associé à un syndrome parkinsonien ou à une maladie de Parkinson et un syndrome des jambes sans repos (SJSR) à un âge avancé.
Entre 2002 et 2006, 5 764 sujets (nés entre 1907 et 1935, suivis depuis 1967) de cette cohorte ont été réexaminés et ont rempli des... (...) Lire la suite de l'article

 

A la recherche de biomarqueurs de la migraine…
Par le Dr Michel Lanteri-Minet (CHU, Hôpital de Cimiez, Nice)
Article commenté :
Adiponectin and leptin levels in migraineurs in the Atherosclerosis Risk in Communities Study
Dearborn JL, Schneider AL, Gottesman RF et al.
Neurology 2014 Nov 5. pii: 10.1212/WNL.0000000000001067.


Dearborn et ses collaborateurs rapportent les résultats d’une étude, dont l’objectif a été d’évaluer les taux plasmatiques d’adiponectine et leptine chez les sujets migraineux âgés.
Cette étude était en fait une étude cas-contrôle portant sur des sujets âgés non-diabétiques et suivis longitudinalement en population générale, les sujets étant considérés selon leur statut de migraineux. L’association entre les adipocytokines et la... (...) Lire la suite de l'article

Cette newsletter a été envoyée à 21372 spécialistes
Pour accéder au contenu du site neuroscoop.net, vous devez utiliser vos codes personnels :
J'ai oublié mes codes d'accès, envoyez-les moi.


Chers collègues,
Cette rubrique a pour objectif de vous tenir au courant de toutes les informations paraissant dans la presse grand public sur la thématique « céphalées – migraines ».
Il est évident que la SFEMC ne cautionne pas l’ensemble de ces informations, qui constituent toutefois un « bruit de fond » auquel nos patients sont exposés et qu’il est donc important de connaître afin d’aider ces derniers à mieux les interpréter.
Michel Lantéri-Minet, président de la SFEMC

Revue de presse réalisée par Nathalie Churlet - TSAVO PRESSE

« Migraine Buddy : une application pour gérer vos migraines »
Sciences et Avenir novembre 2014
Le journaliste Hugo Jalinière révèle qu’il existe une application smartphone gratuite qui peut être utile pour « surveiller ses migraines, anticiper les facteurs déclencheurs, comparer les meilleurs moyens de les soulager ». Développée par Healint, une jeune start-up spécialisée dans l'analyse des données de santé, elle se nomme Migraine Buddy, et « une version française vient d'être lancée et est disponible gratuitement sur la plateforme Google Play », précise l’article.
« Ne vous attendez pas à des miracles cependant », tempère le journaliste. Selon lui, « le système permet également de comparer l'efficacité des différents moyens pour soulager les douleurs. En théorie, les utilisateurs peuvent ainsi prendre des mesures préventives pour améliorer leur condition et tenter de limiter les nouvelles incidences ». « Selon la société Healint, Migraine Buddy a été développée avec l'aide de neurologues et de scientifiques dans le but d'aider la recherche. Elle se démarquerait ainsi des autres applications uniquement destinées au suivi de la migraine », précise Hugo Jalinière.
Il souligne qu’« un des intérêts de l'application, ce sont les "méthodes d'apprentissage automatique" qui y sont intégrées, et qui permettraient ainsi de mettre en évidence des corrélations entre habitudes de vie et migraines. En plus d'enregistrer les données saisies par les utilisateurs, l'application détecte en effet les comportements en termes de sommeil et de niveau d'activité ». « L'application offre aux utilisateurs la possibilité de partager un rapport détaillé des différents évènements avec leur médecin traitant ou leur neurologue. Les praticiens peuvent même avoir accès en temps réel aux données enregistrées via une plateforme sécurisée », note le magazine.
« Aussi utile que puisse être ce nouvel outil connecté, il reste la question de la gestion des données. Car si Healint dit en garantir la confidentialité, rien ne permet de le vérifier », tempère en conclusion le journaliste.

« Pourquoi les vins blancs donnent-ils la migraine ? »
Le Point 7 novembre 2014
Olivier Bompas, sommelier et journaliste, livre sa réponse à cette question. Selon lui, « les vins blancs secs ne donnent pas plus la migraine que les champagnes, les vins doux, ni même les vins rouges ». « Le problème vient de la présence du SO2 (soufre) en excès. Utilisé durant l'élaboration et la conservation des vins pour ses vertus antiseptiques et anti-oxydantes, le soufre permet au vigneron de stabiliser ses vins. Les vins blancs et les vins doux, plus instables et plus sujets à l'oxydation que les rouges, protégés par la présence des tanins, ont longtemps été les victimes du surdosage », explique-t-il.
« Aujourd'hui, et grâce au progrès de l'œnologie, il est possible d'utiliser beaucoup moins de soufre. Les vignerons qui élaborent des vins dits "natures", n'en utilisent même plus du tout », poursuit-il. « La migraine menace donc globalement moins, même s'il est toujours possible d'avoir une mauvaise surprise », conclut-il.

« SOS migraines et céphalées »
TV Magazine 24 octobre 2014
Le magazine indique qu’il existe « des solutions naturelles pour cesser de se prendre la tête ». « Essayez la phytothérapie », conseille-t-il. « Certaines plantes, comportant des dérivés salicylés (actifs présents dans l'aspirine), sont dotées de propriétés anti-inflammatoires », explique l’article. Il évoque ainsi « la valériane [qui] possède des vertus relaxantes et sédatives », et la conseille « en infusion », mais également « la passiflore », « en décoction ».
« L'aromathérapie donne également de bons résultats »
, poursuit TV Magazine. Ainsi « l'huile essentielle de menthe en application sur les tempes s'avère efficace. Mélangées avec de l'huile d'amande douce, les essences de gaulthérie, lavande, thym et marjolaine peuvent également soulager les tensions pulsatiles sur les tempes, la nuque et l'occiput », conseille l’article. Isabelle Pacchioni, spécialiste d’aromathérapie, recommande tout particulièrement « la menthe poivrée ».
Le magazine indique par ailleurs que « le café [est un] antimigraineux » : « sur certaines personnes, une forte dose de caféine ingérée en tout début de crise diminue considérablement la douleur. Elle contracte en effet les vaisseaux dilatés, cause fréquente de maux de tête. N'hésitez pas à ajouter du sucre, celui-ci prévenant une éventuelle hypoglycémie, pouvant être à l'origine de la douleur », explique-t-il. « Tentez la cryothérapie », recommande l’article. « Elle ne soigne pas mais procure un (ré)confort immédiat sur le front ou les tempes, l'application de froid (poche de glace ou gant froid) provoque une vasoconstriction des vaisseaux dilatés et soulage », rappelle-t-il.

« Migraine - J’apprends à l’éviter »
Mieux pour moi Octobre/Décembre 2014
Le trimestriel rappelle que la « migraine est une maladie », que « 2 migraineux sur 3 sont des femmes » et fait le point avec le Dr Marc Schwob, Auteur de « SOS Migraine, 100 réponses pour vaincre la migraine ». Concernant les causes de la migraine, il indique : « La migraine est probablement une maladie génétique puisque dans 70% des cas, on retrouve un antécédent familial. Des chercheurs ont même isolé le gène de la migraine hémiplégique familiale et sans doute celui de la migraine sans aura (migraine sans troubles visuels). En dehors de ces facteurs familiaux, les causes principales sont le stress et les modifications hormonales, comme l'ovulation et les règles. Elle peut également être provoquée par l'alcool, les contrariétés, le glutamate très utilisé dans la cuisine chinoise, la fatigue, le manque ou le surplus de sommeil, une mauvaise hygiène de vie et l'intolérance à certains aliments, dont les fromages à pâte dure et le chocolat ».
Le spécialiste précise que « le traitement classique consiste à prendre, dès l'apparition des prémices et avant même l'apparition de la douleur, 1 gramme d'aspirine ou 1 gramme de paracétamol accompagné d'un anti-vomitif. On peut également prendre un anti-inflammatoire non stéroïdien type ibuprofène ou mieux encore kétoprofène ». « Le café par sa richesse en caféine, a également des propriétés anti-migraineuses », et « les triptans ont une bonne efficacité dans certains cas, surtout lorsqu'on les accompagne d'un anti-inflammatoire genre aspirine ou ibuprofène. Mais ils sont contre-indiqués chez les hypertendus et les personnes de plus de 50 ans », poursuit-il. « Parmi les remèdes naturels qui peuvent accentuer le soulagement, citons le froid, mais aussi les huiles essentielles de menthe poivrée et de lavande en applications locales », précise le Dr Schwob.
« Peut-on prévenir les crises ? », se demande le magazine. « Oui, et de mieux en mieux. Il s'agit alors de mettre en place un traitement préventif de fond, destiné à diminuer la fréquence, la durée et l'intensité des crises. En principe, il se présente sous forme d'une multithérapie (le patient prend plusieurs molécules différentes) dont les béta-bloquants en priorité, certains anti-dépresseurs à petites doses (dont le Prozac et le Laroxyl), les anti-épileptiques à petites doses également, les inhibiteurs calciques, voire même de petites doses journalières d'aspirine », répond le spécialiste. « Les personnes friandes de médication naturelle pourront se tourner vers la grande camomille », et « en traitement de fond, elle sera associée à du griffonia (actif sur la sérotonine) du saule (analgésique connu depuis les Gaulois) et du ginkgo biloba (vasodilateur) », conseille-t-il.
Interrogé sur « les dernières avancées », et « les nouveaux traitements prometteurs », le médecin révèle que « l'association américaine de personnes souffrant de maux de tête vient de montrer l'efficacité du magnésium marin dans le traitement de la migraine. Des spécialités médicinales comme le Formag à raison de 600 mg donc 4 comprimés/jour sont un excellent traitement de fond de la migraine ».
En conclusion, le spécialiste donne « 8 conseils pour améliorer [sa] qualité de vie » : 1 - « consulter un spécialiste » ; 2 - « fai[re] attention aux aliments » : « le chocolat au lait, les fromages fermentés, les noix apparaissent souvent comme des facteurs déclenchants », précise-t-il ; 3 - « mange[r] équilibré sans sauter de repas » ; 4 - « évite[r] l'alcool et tout particulièrement le vin blanc » ; 5 - « fu[ir] les atmosphères enfumées et bruyantes » ; 6 - « évite[r] les odeurs fortes » ; 7 - « fai[re] du sport pour [se] détendre, par exemple de la marche ou de la natation » ; 8 - « En ce qui concerne la pilule, [ne pas hésiter] à demander à [son] médecin d'en changer si [on pense] que celle que [l’on prend] ne [nous] convient pas ».

« On naît et meurt migraineux »
L’Est Républicain 18 novembre 2014
Le journal consacre un article au Dr Sophie Boidin qui « vient de soutenir sa thèse [« Le retentissement de la migraine dans le couple »] sur la migraine, ce mal qui altère la vie intime, sociale et professionnelle ». « C’est une thèse qualitative et non quantitative. Il s’agit de la qualité de vie du sujet migraineux, du conjoint qui a une grande place dans cette maladie, il fallait réintégrer le conjoint qui est traditionnellement le réceptacle principal et est un aidant dont la souffrance est à prendre en compte », souligne Sophie Boidin.
Pour mener à bien son travail, « cette dernière a sollicité nombre de médecins qui l’ont fait entrer en contact avec plusieurs de leurs patients. Au final, elle a interrogé des couples dont l’un des deux est migraineux et dont les âges s’échelonnent de 18 à 65 ans », explique l’article. Sophie Boidin rappelle que « la physiopathologie de la migraine est compliquée et multifactorielle. C’est génétique, il y a des familles de migraineux. Mais, on note aussi des facteurs hormonaux déclenchants. Chez les femmes, les crises s’atténuent d’ailleurs lors de la ménopause. Souvent, la migraine est associée à des troubles anxio-dépressifs. La migraine provoque-t-elle ces troubles ou les troubles sont-ils à l’origine de la migraine ? Les migraineux sont tous des anxieux mais on naît et on meurt migraineux ».
« La migraine est un handicap qui ne se voit pas, avec des crises et une périodicité variables. C’est un handicap entraînant des arrêts de travail, des adaptations de poste de travail pouvant être incompris. En plus, avant la crise, les migraineux ont des troubles de l’humeur, sont irritables, énervés et il y a la fatigue après la crise »
, poursuit-elle. Cette maladie ne freine pas seulement la vie professionnelle et l’élaboration de projets : « La migraine diminue les temps intimes de la vie de couple et l’altère. Quand le couple est fort, que le conjoint est compréhensif, reconnaît le caractère douloureux des crises, il trouve un équilibre. Le conjoint est là au quotidien et doit gérer les troubles de l’humeur et la vie à la maison. La migraine est un combat de couple », conclut la jeune médecin.

La newsletter « Céphalées Online » est un service édité par Santor Edition pour le compte de neuroScoop.net le site de la Neurologie, de la Société Française d’Etude des Migraines et Céphalées. Le choix et le traitement des sujets de la newsletter sont sous l’autorité d’un comité de rédaction ad hoc délégué à cette fin par la SFEMC.